CRAN - Campus Sciences
BP 70239 - 54506 VANDOEUVRE Cedex
Tél : +33 (0)3 72 74 52 90 Fax : +33 (0)3 72 74 53 08
cran-secretariat@univ-lorraine.fr
 
 
Sujet de stage : Différenciation des réponses cortico-corticales hippocampiques & estimation de relations inter structures lors de phases d’éveil et de sommeil chez des patients épileptiques
Dates : 2017/03/01 - 2017/09/06
Directeur(s) CRAN : Valérie LOUIS-DORR , Louise TYVAERT , Steven LE CAM
Description : Objectif
L’objectif de ce travail est d'analyser la connectivité des réseaux corticaux et ses variations spatio-temporelles lors de la stimulation électrique hippocampique en estimant les relations interstructures pour des patients épileptiques du lobe temporale et pour deux états : veille et sommeil. Il s’agira d’évaluer différentes méthodes d’analyse des potentiels évoqués intracorticaux , de leurs réseaux et de les appliquer sur des données réelles.
Les étapes sont les suivantes :
(1) évaluation de différentes méthodes de pré-traitement pour éliminer l'artefact de stimulation
(2) estimation des connectivités
(3) l'analyse des réponses corticales et des connectivités ;
Le prétraitement des mesures EEG/SEEG permet de réduire l’artefact de stimulation pour permettre l’analyse des réponses. Du point de vue méthodologique dans plusieurs études cette étape se réduit à effectuer la moyenne des réponses dues à plusieurs dizaines de stimulation (Pigorini et al. 2015,) sous hypothèse de stationnarité des réponses physiologiques ou par soustraction d’un modèle de stimulation (Trebaul et al. 2016, Usami et al. 2016), mais dans ce cadre des méthodes d’estimation de sources par résolution de problème inverse seraient plus adaptées telles que des méthodes de type ICA ou GEVD (Hofmanis 2013,Salido Ruiz, 2011).
Après prétraitement, les réseaux cortico-corticaux peuvent être caractérisés par une estimation des connectivités spatiotemporelles. La connectivité effective se réfère à l'influence valuée et causale entre les structures cérébrales (Friston, 2011).
Dans notre cas, nous sommes clairement dans une approche interventionnelle due à la stimulation électrique et dans l’estimation des connectivités effectives évoquées. Des méthodes efficaces pour les évaluer sont la cohérence dirigée partielle (PDC), une mesure du domaine fréquentiel basée sur les coefficients MVAR (Baccalá et Sameshima, 2001) ou la fonction de transfert dirigée (DTF), (Kaminski et Blinowska, 1991, Franaszczuk et Bergey, 1998; Ding et al., 2006, , Kim et al., 2014, Basu et al., 2015). Des méthodes non paramétriques statistiques de type corrélation non linéaire, la modélisation bayésienne du fonctionnement cérébral, peuvent être également appliquées et comparées. Elles seront mises en œuvre sur des données obtenues sur plusieurs patients épileptiques et pour chacun appliqué sur une dizaine de plot SEEG proches des structures hippocampiques : Amygdale, sillon de l'hippocampe, pôle de l'hippocampique, structure entorinale.
Mots clés : EEG SEEG décomposition sous espace potentiels cortico-corticaux
Conditions : Stage de fin d'étude Ingénieur, master , 6 Mois , CRAN, ESPaCE
Département(s) :
Santé - Biologie - Signal
Publications : https://hal.archives-ouvertes.fr/CRAN/hal-00853707v1; HAL Id : hal-00522816, version 1    + CRAN - Publications