CRAN - Campus Sciences
BP 70239 - 54506 VANDOEUVRE Cedex
Tél : +33 (0)3 72 74 52 90 Fax : +33 (0)3 72 74 53 08
cran-secretariat@univ-lorraine.fr
 
 
Sujet de Thèse : Epilepsie temporale & reconnaissance visuelle: une approche électrophysiologique en neuropsychologie
Dates : 2017/10/01 - 2020/09/30
Directeur(s) CRAN : Louis MAILLARD
Autre(s) Directeur(s) : Bruno ROSSION (bruno.rossion@uclouvain.be)
Description : CONTEXTE
L’épilepsie temporale est la forme d’épilepsie focale, invalidante réfractaire aux médicaments antiépileptique la plus commune. Son traitement consiste alors à identifier et délimiter la zone d’origine des crises (le plus souvent non visible en IRM) en vue d’une exérèse chirurgicale. Le handicap lié aux épilepsies temporales réfractaires est lié non seulement à la répétition des crises mais également à des déficits cognitifs persistant entre les crises et notamment des déficits de la mémoire de reconnaissance visuelle. L’évaluation objective de ces fonctions est donc essentielle pour apprécier le retentissement de l’épilepsie et prédire le devenir cognitif post-opératoire chez ces patients. En retour, l’étude des déficits cognitifs chez les patients épileptiques permet d’aborder des questions fondamentales sur le plan neuroscientifique telles que le rôle critique de certaines structures corticales dans des fonctions cognitives précises, la réorganisation et la plasticité du cortex cérébral en cas de lésion épileptogène ou chirurgicale
La reconnaissance visuelle permet de donner du sens aux objets et personnes rencontrées par la modalité visuelle, d’encoder et de rappeler ces objets et personnes. Cette fonction essentielle est particulièrement concernée dans l’épilepsie temporale. On considère traditionnellement que les patients avec épilepsie temporale droite souffrent davantage de déficits de reconnaissance de matériel non-verbal (reconnaissance des visages par exemple), alors que les patients avec épilepsie temporale gauche souffrent davantage de problèmes de reconnaissance de matériel verbal (mots). Ce modèle est cependant difficile à établir avec des tests neuropsychologiques classiques, comportementaux. En effet, ces tests demandent des réponses explicites qui font appels à de nombreux processus verbaux et non-verbaux chez des témoins et les patients. De plus, la reconnaissance visuelle est une fonction très rapide (par exemple, on reconnaît l’identité d’un visage en un seul coup d’œil, ou on lit un mot en 200 millisecondes). Or, les patients sont généralement ralentis dans leurs réponses comportementales explicites, pour des raisons (QI faible et difficultés de compréhension, dépression, anxiété, manque de motivation, …) qui ne sont pas nécessairement liées à des troubles de reconnaissance visuelle. De façon générale, ces facteurs compliquent l’évaluation et la compréhension du rôle des régions cérébrales temporales dans la reconnaissance visuelle de façon considérable.
OBJECTIF :
Ce projet de thèse visera à développer une nouvelle méthode, la stimulation visuelle périodique rapide couplée au recueil des signaux d’électroencéphalographie (EEG) de surface pour évaluer les fonctions de reconnaissance visuelle dans l’épilepsie temporale. Les avantages de cette approche sont de ne nécessiter aucune tâche explicite, de fournir des données objectives (exactement à la fréquence périodique de stimulation) obtenues très rapidement. Les recherches récentes mettant en œuvre cette technique ont jusqu’alors principalement porté sur la mise en évidence chez le sujet sain de processus en lien avec la perception des visages, stimuli extrêmement fréquents dans la vie quotidienne et très importants pour notre appréhension du monde social. L’objectif de cette thèse sera de développer et valider cette approche électrophysiologique spécifique pour évaluer les troubles de la reconnaissance visuelle chez les patients atteints d’épilepsie temporale pharmaco-résistante. Ainsi, ce projet viserait à inclure la stimulation visuelle périodique dans l’évaluation neuropsychologique pré- et post-opératoire pour étudier les troubles de la reconnaissance des visages, objets et mots, chez des patients épileptiques amenés à subir une lobectomie temporale. D’un point de vue fondamental, cette thèse permettra d’apporter de nouvelles informations pour clarifier les bases neurales de la reconnaissance visuelle chez l’Homme, avec une technique non invasive, ne nécessitant aucune tâche explicite et procurant rapidement des résultats significatifs. D’un point de vue clinique, ce projet nous permettrait d’identifier de nouveaux biomarqueurs objectifs et reproductibles du fonctionnement cognitif, pour prédire les capacités fonctionnelles post-opératoires du patient, voire d’évaluer l’efficacité de techniques de réhabilitation.

METHODE
Les potentiels évoqués par stimulation visuelle périodique seront étudiés chez des groupes de patients ayant une épilepsie du lobe temporal réfractaire et comparés à ceux d’une cohorte de témoins appariés en âge, niveau socio-éducatif et sexe. De même, tous les sujets passeront une batterie de tests neuropsychologiques évaluant les fonctions cognitives globales et la reconnaissance visuelle.
Mots clés : Neurosciences
Département(s) :
Santé - Biologie - Signal
Financement : Contrat doctoral ED BioSE